Accueil Lebensbedin-gungen Propreté sécurité et salubrité La sécurité

La sécurité






La vidéoprotection est un outil au service de la politique de sécurité et de prévention de la délinquance de la commune de Limoges. Elle constitue un des instruments du Plan Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance.

Le dispositif de vidéoprotection est développé à Limoges pour répondre aux objectifs suivants :
- Prévenir les atteintes aux personnes et aux biens dans les lieux où la délinquance constatée est la plus importante
- Dissuader le passage à l’acte
- Aider à l’élucidation en s’appuyant sur l’exploitation des informations recueillies.


Son but est de sécuriser les espaces publics et installations communales exposés tout en renforçant le sentiment de sécurité de l’ensemble des concitoyens de la commune.


Au nom du respect des libertés publiques et individuelles, la Ville de Limoges a souhaité instaurer des pratiques qui assurent aux usagers des espaces publics un degré de protection supérieur à celui qui procède des textes nationaux, au-delà des garanties légales et règlementaires.


Par cette charte, la Ville s’engage à assurer d’une part l’information de la population sur les engagements pris en matière de protection des libertés publiques et individuelles, et d’autre part d’exposer le cadre mis en oeuvre pour parvenir au respect de ces engagements.

 

Téléchargez la charte d'éthique de la vidéoprotection de la Ville de Limoges

 

Protection des données personnelles, confidentialité

Aucune information personnelle n’est collectée à votre insu ni cédée à des tiers. Pour des fins statistiques, un cookie a été implanté sur votre ordinateur, il ne permet pas de vous identifier, en revanche il enregistre des informations relatives à la navigation de votre ordinateur sur notre site (les pages que vous avez consultées, la date et l’heure de la consultation, etc.).Vous pouvez vous opposer à l’enregistrement de cookies en configurant votre navigateur.
La Ville de Limoges dispose de moyens informatiques destinés à gérer plus facilement ce site Internet. Les informations enregistrées sont réservées à l’usage  des services  concernés et ne sont pas communiquées.
Conformément aux articles 39 et suivants de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée en 2004 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, toute personne peut obtenir communication et, le cas échéant, rectification ou suppression des informations la concernant, en s’adressant au Correspondant Informatique et Libertés de la Ville de Limoges (cil@ville-limoges.fr).


Si le Maire pilote la politique de prévention de la délinquance sur sa commune depuis les Lois d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (LOPPSI), il ne peut agir efficacement qu’en concertation avec l’ensemble des acteurs publics qui travaillent quotidiennement, à ses côtés, à la mise en œuvre des politiques publiques en la matière.

C’est le sens de ce conseil local de Sécurité et de Prévention de la délinquance, dont le périmètre a été revu pour ne couvrir que la commune de Limoges, et non plus la circonscription de sécurité publique de Limoges. En effet, notre ville est confrontée à des problématiques inhérentes à sa spécificité urbaine, qui concernent moins les communes voisines intégrées au précédent CLSPD.

 

Téléchargez le plan local de sécurité et de prévention de la délinquance


 

Tempête, effondrements, inondations, pollutions... Parce que nul n'est à l'abri de ces évènements dramatiques, la Ville de Limoges met à votre disposition un document d'information sur les risques majeurs, qui vous indiquera les bons réflexes à adopter.

Téléchargez le Document d'Informations communale sur les risques majeurs





L'application mobile SAIP : Système d'alerte et d'information des populations.

Cette application gratuite permet d’être avisé, via une notification sur son smartphone, d’une alerte en cours suite à une suspicion d'attentat ou d’événements exceptionnels de sécurité civile (alerte nucléaire, produits dangereux, rupture d’ouvrage hydraulique) susceptibles de résulter d'un attentat.

Une seconde phase, prévue dans les prochains mois (par mise à jour de l’application), prendra en compte tous les risques majeurs et les messages de vigilance. En plus des messages d’alerte géolocalisés, l’application délivre également les conseils comportementaux et consignes à respecter en fonction de la nature de l’alerte et de la zone où l’on se trouve.   

Qui émet les alertes ?

Les alertes sont émises par les services de la sécurité civile sous validation des autorités du ministère de l'Intérieur (Préfets de département et de région, centre opérationnel de gestion interministérielle des crises). L'alerte est un message gouvernemental digne de confiance.

Plus d’infos sur ce service...

 

Téléchargez l'application


Catégories de chiens susceptibles d'être dangereux, faisant l'objet de mesures spécifiques :

 

- première catégorie : les chiens assimilables par leurs caractéristiques morphologiques aux chiens de race :

- Staffordshire terrier communément appelés pit-bulls,

- American Staffordshire terrier communément appelés pit-bulls,

- Mastiff communément appelés boer-bulls,

- Tosa,

sans être inscrits sur un livre généalogique reconnu par le Ministère de l’Agriculture et de la Pêche.

 

- deuxième catégorie :

- les chiens de race Staffordshire terrier,

- les chiens de race American Staffordshire terrier,

- les chiens de race Rottweiler,

- les chiens de race Tosa,

- les chiens assimilables par leurs caractéristiques morphologiques aux chiens de race Rottweiler, sans être inscrits sur un livre généalogique reconnu par le Ministère de l’Agriculture et de la Pêche.

 

Ne peuvent détenir ces chiens :

 

- les mineurs de moins de 18 ans,

- les majeurs en tutelle sauf autorisation du juge des tutelles,

- les personnes condamnées pour crime ou à une peine d’emprisonnement avec ou sans sursis pour délit inscrit au bulletin n° 2 du casier judiciaire,

- les personnes à qui a été retirée la propriété ou la garde d’un chien.

 

Règles apllicables

Pour les autres personnes, la détention de ces chiens est subordonnée à l’obtention d’un permis délivré par arrêté municipal conformément aux dispositions prévues par la loi du 20 juin 2008.

 

L’acquisition, la cession à titre gratuit ou onéreux, l’importation et l’introduction sur le territoire national des chiens de la 1ère catégorie sont interdites, hormis les cas prévus au 3ème alinéa de l’article L 211-11 ou 3ème alinéa de l’article L 211-29 du Code Rural.

 

La stérilisation des chiens de la 1ère catégorie est obligatoire.

 

L’accès des chiens de la 1ère catégorie aux transports en commun, aux lieux publics, aux locaux ouverts au public, leur stationnement dans les parties communes des immeubles collectifs sont interdits.

 

Sur la voie publique et dans les parties communes des immeubles collectifs, les chiens des 1ère et 2ème catégories doivent être muselés et tenus en laisse par une personne majeure.

 

Il en est de même pour les chiens de la 2ème catégorie dans les lieux publics, les locaux ouverts au public et les transports en commun.

 

Les chiens n’entrant pas dans ces catégories devront être tenus en laisse dans les voies et places désignées ci-après : rue Jean Jaurès, place Stalingrad, place de la République, rue du Clocher, rue du Consulat, rue du Temple, place des Bancs, rue Haute-Vienne, place Haute-Vienne, rue Ferrerie, place Saint-Michel, place de la Motte, rue Adrien Dubouché, place Denis Dussoubs, rue Montmailler, Boulevard de Fleurus, Place du Forum, rue des Tanneries, avenue de la Libération (partie entre la place Denis Dussoubs et le boulevard Carnot) et avenue Garibaldi (partie entre l’avenue de la Libération et la rue Aigueperse) de 8 heures à 22 heures tous les jours de la semaine.

 

Sanctions

Le Maire peut prendre toutes mesures individuelles à l’encontre de propriétaires ou gardiens d’animaux susceptibles de présenter un danger pour les personnes ou les animaux domestiques.

 

En cas d’inexécution par le propriétaire ou le gardien de l’animal des mesures prescrites, le Maire peut, par arrêté, placer l’animal dans un lieu de dépôt adapté à l’accueil et à la garde de celui-ci.