Accueil Actualités Les costumes de la série Un Village français

Actualités

Publiée le 16 Octobre 2017

Culture

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer à un ami

Les costumes de la série Un Village français

Du 21 octobre 2017 au 15 janvier 2018, la Ville de Limoges présente au musée de la Résistance, l'exposition "Les costumes de la série Un Village français". À cette occasion, 22 tenues des 15 principaux personnages de la série Un Village français ainsi que 16 documents originaux de Thierry Delettre, concepteur et réalisateur des costumes seront à découvrir.

Cette exposition, qui dépasse largement l’aspect purement esthétique des costumes, est l’occasion de comprendre comment on reconstitue une histoire et comment on lui redonne vie à travers le petit écran. Au fil du parcours, le visiteur pourra tout d’abord comprendre le rôle du créateur de costume et découvrir ses esquisses préparatoires et les échantillons de tissus qui vont avec. Les vêtements sont ainsi présentés dans une scénographie originale qui conjugue authenticité, télévision et mode.

Les personnages et leurs costumes

De l’habit de paysanne de Marie Germain (Nade Dieu) qui enfilera pantalon et canadienne en cuir en devenant chef de maquis à celui de Jeanine Schwartz (Emmanuelle Bach), la grande bourgeoise antisémite et opportuniste qui s’habillera en haute-couture pendant l’occupation en dépit des restrictions, la mode
s’offre aux yeux des visiteurs dans toute sa composante. L’élégance côtoie sans se mélanger les blouses et les manteaux fonctionnels des femmes des classes populaires. Les hommes ne sont pas en reste : les costumes du maire Philippe Chassagne (Philippe Résimont) croisent sans les voir les vestes et les pantalons des ouvriers. Les messieurs qui portent des chapeaux ignorent ceux qui se couvrent d’une casquette. Malgré la pénurie qui règne à cette époque, les conventions sociales sont respectées. Le vêtement est un discours muet qui indique la place de chacun dans la société.
Hortense Larcher (Andrey Fleurot), épouse d’un notable, médecin et maire, devient la maîtresse d’Heinrich Müller, responsable du service de la sécurité allemand (SD). Flamboyante et séductrice, Hortense sait jouer de ses atouts physiques et de ses tenues, qui épisode après épisode, deviennent plus sombres et plus ternes suivant la déchéance du personnage.
Suzanne Richard (Constance Dollé) quant à elle est habillée pour agir. Elle montre l’engagement des femmes dans la vie politique et économique de l’époque. Militante, elle est une femme libre qui s’habillera de tenues simples. Au fil de l’histoire, ses tenues, toujours plus pratiques et confortables, accompagnent son implication dans la Résistance.
Daniel Larcher (Robin Renucci) porte un costume et une cravate avec la blouse qui traduisent sa position sociale de maire et médecin. D’année en année, la blouse est moins présente, ses tenues plus négligées.

La série

Un Village français est une série historique télévisée française composée de sept saisons avec un total de 72 épisodes. Elle suit la vie des habitants d’une sous-préfecture fictive du Jura et proche de la ligne de démarcation durant toute la Seconde Guerre mondiale. Elle relate la vie ordinaire de cette époque dans toute sa complexité, dans toute son ambiguïté et dans toute son incertitude.
L’historien Jean-Pierre Azéma en est le conseiller historique : il commente et contextualise les événements.
Tournée en partie dans le Limousin et diffusée à partir du 4 juin 2009 sur France 3, le succès est immédiat. La série est récompensée par le Syndicat français de la critique de cinéma, le festival Séries Mania et les Globes de Cristal 2014. Les audiences s’envolent jusqu’à 4.8 millions de téléspectateurs et la série est diffusée dans une trentaine de pays dont les Etats-Unis.
Bien plus qu'une série, celle-ci devient un objet d’étude qui s’inscrit dans le projet scientifique "Episteme" de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) associée avec l’Institut de la recherche et de l’innovation (IRI) et en partenariat avec le Club de Médiapart. L’historien Denis Peschanski (CNRS) et le philosophe Bernard Stiegler (IRI) portent le projet. Au coeur de cette réflexion : la construction de la perception de l’Histoire aujourd’hui à partir de l’interphase entre un ancien support (la télévision) et un nouveau support de transmission (internet) qui s’enracine dans le XXIe siècle.

 

 



Retour à la liste des actualités || Voir les archives


La ville de Limoges utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service. En continuant, vous acceptez de recevoir les cookies sur les sites de la ville de Limoges.

En savoir plus