• 483.000 entrées par an à la Bfm

  • 58.000 spectateurs par an à l’Opéra

  • 75 000 spectateurs par an dans les centres culturels

Accueil Culture festivités Les structures culturelles Le musée de la Résistance

Le musée de la Résistance


Envoyer à un ami


Cet établissement culturel de la Ville de Limoges  illustre les valeurs citoyennes et solidaires portées par la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale. Dédié à tous ceux qui se sont sacrifiés pour défendre les valeurs fondamentales de la République, il est pour vocation de faire vivre la mémoire en offrant un lieu pédagogique et de diffusion de l’information, notamment pour le jeune public.

Situé dans l’ancien couvent des Sœurs de la Providence du XVIIème et XVIIIème siècle rue Neuve Saint-Etienne, au cœur au quartier de la Cité, il propose sur 1400m2 un parcours muséographique retraçant rigoureusement les faits historiques de la Seconde guerre mondiale et particulièrement  la Résistance, l’occupation et la déportation en Haute-Vienne.

Décliné en dix séquences, à partir de 1939, ce parcours dynamique découle du programme scientifique élaboré par Olivier Wieviorka, historien de renommée nationale et spécialiste de la Seconde Guerre mondiale, Pascal Plas, historien spécialiste de la Seconde Guerre mondiale dans le Centre-Ouest, et Annie Martin, directrice du musée.

Deux plateaux accueillent les collections permanentes, constituées de près de 800 pièces ; Le musée comprend également une salle d’expositions temporaires, une salle pédagogique permettant l’organisation d’animations pour les scolaires, et un centre de documentation ouvert aux chercheurs.

Ce  musée a été réalisé par la Ville de Limoges pour un coût de 7 millions d’euros. Son aménagement a nécessité de très importants travaux entre 2009 et 2011, qui ont permis de valoriser un patrimoine remarquable. En plus du musée de la Résistance l’ensemble immobilier réhabilité comporte une salle de conférence, l’espace CITE.

 


La municipalité a reçu le soutien de l’Europe (Fonds Européen de Développement Régional), du conseil régional du Limousin, de l’Etat (Fonds National d’Aménagement et de Développement du Territoire), du conseil général de la Haute-Vienne et de la Fondation du Patrimoine.


Maître d’ouvrage délégué : Société d’Equipement du Limousin
Maîtres d’œuvre : les architectes Hervé Beaudoin et Benoît Engel
Scénographe : Frédéric Casanova

 



Envoyer à un ami


La collection permanente s’organise en 10 salles, chacune mettant en parallèle ce qui est vécu au plan national et au plan local.

-« La France entre en Guerre » rappelle le contexte qui préside à la déclaration puis à l’entrée en guerre, en précisant d’une part les motifs de cette déclaration et d’autre part les répercussions de la guerre sur le quotidien au niveau national et à Limoges.

-«Un Monde s’écroule » retrace l’effondrement de la France consécutif à l’offensive allemande déclenchée le 10 mai 1940. Elle aborde tant l’aspect militaire que l’aspect politique en envisageant l’effondrement de IIIème République qui conduit à la naissance du régime de Vichy.

-« l’Ordre nouveau » présente les principes fondant l’Etat français ainsi que ses pratiques.

-« Une force en devenir – les débuts de la Résistance » décrit les débuts de la Résistance en Haute-Vienne et les difficultés qu’elle éprouve à naître et à se développer.

-« La vie continue » évoque la vie quotidienne en France et à Limoges durant les années sombres, le contexte dans lequel se meuvent les populations (dont les résistants), les conséquences directes et indirectes que la politique de Vichy et les pénuries offrent à la Résistance, mais également l'ambivalence et l’attentisme au sein de la société.

- « Ville Allemande/Résistance Française » met en évidence le tournant que représentent l’occupation de la zone libre en novembre 1942, l’intensification de la collaboration et l’action de la Résistance entre 1942 et 1944.

-« La Libération » montre l’action que mène la Résistance en 1944 et la part prise par la Résistance dans la libération du Limousin.

-« La Répression » rappelle le prix très lourd acquitté par les résistants et les réprouvés dans le contexte des années sombres.

-« Des lendemains qui chantent » souligne les espérances politiques suscitées par la Résistance et les bouleversements provoqués par la guerre.

- « Mémoires » conclut en précisant l’importance de la mémoire de la guerre en général, de la Résistance et de la Déportation en particulier.


Envoyer à un ami


Musée de la Résistance de Limoges
7 rue Neuve Saint-Etienne - 87 000 Limoges- France
Tél : 05 55 45 84 44
www.resistance-massif-central.fr

 

Téléchargez :

Le programme janvier-août 2016 du musée

Le plan d'accès

ouvert tous les jours (sauf le mardi) de 10h à 18h du 15 juin au 15 septembre inclus
ouvert touts les jours (sauf le mardi et le dimanche matin) de 9h30 à 17h du 16 septembre au 14 juin inclus

Fermeture pour les fêtes de Noël et du 1er janvier et le 1er mai

Visite libre avec audio-guides en français, anglais et allemand
Accessible aux personnes handicapées

Service éducatif à la disposition du public scolaire
Renseignements et réservations au 05 55 45 84 44

Centre de documentation ouvert aux chercheurs
(accessible sur rendez-vous)


A l’accueil du musée, boutique avec objets en vente et documentation


E N T R E E S

Plein tarif Tarif réduit

Tarification unique collection permanente
et/ou exposition temporaire

4 € 2 €

Médiation (visite commentée - animation spécifique)

1 € par personne
Gratuité pour les scolaires

A B O N N E M E N T S (pas de gratuité ni réduction)

Tarif
Limoges
Tarif hors
Limoges

Abonnement annuel donnant accès aux collections,
expositions et médiations

10 € 15 €

Gratuité :

- les jeunes de 25 ans et moins, les étudiants
- les demandeurs d’emplois ou bénéficiaires de minimas sociaux, les personnes en situation de handicap (carte d’invalidité), les accompagnateurs de groupes ou de personnes en situation de handicap, les amis des musées au sein du musée concerné, les membres de l’ICOM (Conseil international des musées), les enseignants en activité sur présentation de la carte « enseignant », les titulaires d’une carte d’ancien combattant pour le seul musée de la Résistance, les titulaires d’une carte de presse, les invités de la ville de Limoges (dont les donateurs).
- Le tarif réduit sera appliqué pour les groupes à partir de 10 personnes, les Amis des musées de Limoges et du FRAC, les mécènes d’un établissement ou événement culturel municipal.
- La médiation pour les scolaires

- Pour tous le premier dimanche de chaque mois



Envoyer à un ami


Le corps de bâtiment avec escalier ancien donnant sur la rue Neuve Saint- Etienne remonte à la 2e moitié du XVIIe siècle (vers 1650-1670) ; l’architecte nous en est inconnu.

La chapelle et le corps de bâtiment en retour ont été reconstruits en 1779 pour le compte des Soeurs de la Providence, par l’architecte Brousseau.

A la Révolution, le couvent est confisqué et devient bien national. La propriété est divisée et vendue en lots ; la Ville acquiert 2 de ces lots, dont la chapelle; le reste des lots est adjugé à des propriétaires privés.

En 1833, la Ville réalise des travaux de réaménagement pour accueillir dans l'ancien couvent une caserne destinée à loger 230 hommes. De cette époque datent les principales transformations affectant l’édifice : division du volume de la chapelle et du chœur (création de 2 étages au-dessus du rez-de-chaussée), modification de façades, création de l'escalier à l'entrée de la chapelle. Pour étendre la caserne, la Ville acquiert en 1840 la maison mitoyenne du 5 bis rue Neuve Saint-Etienne. La caserne occupe les locaux durant tout le XIXe siècle sans que l’on connaisse la date précise à laquelle elle cesse d'accueillir des troupes.



La  communauté des Soeurs de la Providence s'installe à Limoges, dans le quartier de la Cité vers 1650, en même temps que plusieurs autres ordres masculins et féminins lors de la réforme catholique du XVIIe siècle ("Contre-Réforme"). Elles disparaissent en 1792 et ne reviennent pas au XIXe siècle.
Pour l’anecdote la nièce de Brousseau (fille de son frère Mathurin, entrepreneur, qui suit le chantier de construction du couvent) fait son entrée chez les Soeurs de la Providence, ce qui atteste des liens personnels tissés entre la famille Brousseau et cette communauté.


Galerie photos

Plus de médias

Entrée du m...
Image Detail
Niveau 1
Image Detail
Niveau 1
Image Detail
Niveau 1
Image Detail

Niveau 1
Image Detail
Niveau 2
Image Detail
Niveau 2
Image Detail
Niveau 2
Image Detail
Niveau 2
Image Detail
Niveau 2
Image Detail
Collections...
Image Detail
Collections...
Image Detail
Collections...
Image Detail
collections...
Image Detail
Collections...
Image Detail
Collections...
Image Detail
Collections...
Image Detail
Collections...
Image Detail
Salle d'exp...
Image Detail
Salle d'exp...
Image Detail
Espace cité...
Image Detail
Espace cité
Image Detail
Espace cité
Image Detail
Espace cité
Image Detail
Le chantie...
Image Detail
Le chantier...
Image Detail
Le chantier...
Image Detail
Le chantier...
Image Detail
Le chantier...
Image Detail
Le chantier...
Image Detail
Le chantier...
Image Detail
Le chantier...
Image Detail
Le chantier...
Image Detail
Le chantier...
Image Detail
Le chantier...
Image Detail
Le chantier...
Image Detail
Le chantier...
Image Detail
Le chantier...
Image Detail