• 187 328 analyses d’eau par an

  • 299 parcelles de jardins familiaux

  • Un programme de rénovation urbaine pour trois quartiers

  • 69 811 repas servis à domicile

Accueil Solidarité santé Action sociale Politique de la Ville dans les quartiers

Politique de la Ville dans les quartiers


Envoyer à un ami


La loi n° 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine a porté réforme de la politique de la ville en redéfinissant à la fois ses outils et sa géographie prioritaire d’intervention.
Les Contrats de Ville nouvelle génération qui succèdent aux précédents Contrats Urbains de Cohésion Sociale (CUCS) constituent aujourd’hui le cadre unique de mise en oeuvre de la politique menée en direction des quartiers prioritaires et de leurs habitants.
Elaborés de façon concertée à l’échelle communautaire, du fait des nouvelles responsabilités confiées aux communautés d’agglomération,
les Contrats de Ville mobilisent, de par leur dimension transversale, une large communauté d’acteurs.

 

UN CONTRAT DE VILLE, POURQUOI ?

Objectif : « Lutter contre les inégalités de tous ordres, les concentrations de pauvreté et les fractures économiques, sociales, numériques et territoriales ».

La contractualisation d’un nouveau contrat de ville pour la période 2015-2020 représente un enjeu majeur pour la Ville de Limoges et la Communauté d’Agglomération Limoges Métropole. Ce nouveau contrat de ville s’inscrit dans une démarche partenariale et intercommunale,
qui vise à la transformation du cadre de vie, à l’amélioration des conditions de vie des habitants et des habitantes et à la requalification du parc du logement social. Il tend aujourd’hui à mieux associer « l’humain et l’urbain ».


Le renouvellement des outils d’intervention de la politique de la Ville

— Une réforme de la géographie prioritaire : réduction des quartiers prioritaires au niveau national (2.300 quartiers CUCS à 1.300 quartiers prioritaires) – simplification des zonages (critère unique et objectif : le revenu des habitants).

— Un portage intercommunal des contrats uniques adossés au projet de territoire afin de favoriser l’inscription des quartiers prioritaires
dans des dynamiques d’agglomération.

— Une participation élargie à des acteurs institutionnels (Département, Région, Pôle Emploi, bailleurs, Caisse des Dépôts, CAF…) dans une démarche partenariale et transversale.

— Une mobilisation des politiques de droit commun avant la mobilisation des moyens spécifiques.

— Des contrats calés sur le mandat municipal et mieux articulés avec les outils contractuels et de planification existants (Programme Local de l’Habitat, Contrat de Cohésion Territorial, Contrat de Plan État-Région, programmation européenne…).

— Un principe de « co-construction » avec les habitants et les acteurs des territoires.


Neuf quartiers prioritaires sur le territoire communautaire

Les nouveaux Contrats de Ville définissent les orientations stratégiques en faveur des quartiers prioritaires.
Pour la Communauté d’Agglomération Limoges Métropole, 9 territoires prioritaires ont été retenus par l’Etat (Commissariat Général à l’Egalité des Territoires), concentrant les populations à plus bas revenus, tous localisés sur la ville centre : Limoges.

Les quartiers prioritaires (1.000 habitants minimum, concentration de population à bas revenus) retenus sur le territoire de l’Agglomération de Limoges sont :

Plan des quartiers prioritairesLA BASTIDE (3.400 habitants, 6.100 euros de revenu médian annuel).
BEAUBREUIL (5.390 habitants, 7.900 euros de revenu médian annuel).
VAL DE L’AURENCE NORD (4.210 habitants, 7.500 euros de revenu médian annuel).
VAL DE L’AURENCE SUD (4.180 habitants, 6.400 euros de revenu médian annuel).
LE VIGENAL (1.380 habitants, 11.400 euros de revenu médian annuel).
LES PORTES-FERREES (1.340 habitants, 5.900 euros de revenu médian annuel).
BELLEVUE (1.280 habitants,10.600 euros de revenu médian annuel).

Dont deux nouveaux quartiers :
LE SABLARD (1.290 habitants, 11.200 euros de revenu médian annuel).
LES COUTURES (1.690 habitants, 11.100 euros de revenu médian annuel).

Ces territoires représentent un total de 24.160 habitants, soit 12 % du poids démographique de Limoges Métropole et 18 % de la population de Limoges.
Deux territoires sont aujourd’hui sortis de la géographie prioritaire mais feront l’objet d’une veille « active » : LE MAS-NEUF et PIERRE-DE-COUBERTIN à Limoges.


Le projet de rénovation urbaine mené sur le territoire de la Ville de Limoges a pour ambition de transformer durablement les quartiers en grande difficulté. Il prévoit notamment :

— Une diversification de l’habitat (construction de logements sociaux plus adaptés aux modes de vie actuels, constructions de logement en
accession sociale…).
— La requalification des espaces (espaces publics et espaces privés).
— L’amélioration des circulations au sein des quartiers et des liaisons avec l’extérieur.
— Le renforcement des services, des équipements publics et de l’offre commerciale…

 

UN CONTRAT DE VILLE, AVEC QUI ?

L’élaboration de ce Contrat de Ville, pilotée par la Communauté d’Agglomération Limoges Métropole, en collaboration avec la ville de Limoges et l’Etat, s’est appuyée sur une démarche participative de consultation des partenaires locaux, départementaux et régionaux entre novembre 2014 et juin 2015. Ces réunions (une trentaine) ont mobilisé plus d’une dizaine de partenaires par atelier.

À la date de la signature, le 7 octobre 2015, 19 signataires, tous engagés dans la démarche de co-construction, sont présents pour s’engager dans le Contrat de Ville de l’Agglomération de Limoges pour la période 2015-2020 : La Communauté d’Agglomération Limoges Métropole, la Ville de Limoges, l’Etat, le Conseil Départemental, le Conseil Régional, la Caisse des Dépôts et Consignations, les bailleurs sociaux, Pôle
Emploi, la Mission locale d’agglomération, la CAF, l’Education Nationale, l’Agence Régionale de Santé, le Procureur de la République, la CCI, la Chambre des Métiers et de l’Artisanat, la CPAM.

 

UN CONTRAT DE VILLE, COMMENT ?

Élaboré sur la base d’un diagnostic partagé, ce contrat, propose dans une logique partenariale, de répondre aux problématiques spécifiques rencontrées sur ces territoires. Il s’organise autour de trois piliers principaux :
A) Le pilier cohésion sociale.
B) Le pilier insertion-formation-emploi et développement économique.
C) Le pilier cadre de vie et renouvellement urbain.

Les questions liées à la jeunesse, à l’égalité hommes-femmes, à la lutte contre les discriminations et à la promotion des valeurs de la République ont été intégrées au sein d’un quatrième pilier dénommé « politiques transversales ».


De nombreuses actions par thématiques

Plusieurs actions ont montré leur efficacité depuis plusieurs années. Elles seront reconduites et de nouveaux axes seront définis. Le Contrat, qui veut fédérer les énergies dans différents secteurs d’intervention portera notamment sur des actions concrètes : la rénovation des habitations et des rues, le développement et l’amélioration du logement social, la création d’entreprises et d’activités, l’aide à la formation, ou encore la lutte contre les discriminations, contre l’illettrisme ou encore le soutien à la jeunesse par le
développement des activités pédagogiques, éducatives et de loisirs…


La co-construction avec l’implication de la population

Les habitants des quartiers occuperont une place centrale avec la mise en place de conseils citoyens.

Les Conseils Citoyens

La participation citoyenne fait depuis son origine partie des fondamentaux de la politique de la ville. Elle est devenue progressivement un incontournable de l’action publique territoriale. Considérée comme un enjeu de réussite de la transformation de la vie dans les quartiers,
la loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine du 21 février 2014 a créé les conseils citoyens dans les quartiers prioritaires, une vraie démarche de « co-construction ». Ces conseils citoyens ont pour objectifs de conforter les dynamiques existantes, de garantir les conditions nécessaires aux mobilisations citoyennes et la place des habitants dans toutes les instances de pilotage, de favoriser l’expertise partagée et enfin de créer un espace de propositions et d’initiatives à partir des besoins des habitants.

Pour l’agglomération de Limoges, 9 conseils seront créés, soit un par quartier prioritaire. Afin de désigner les membres du Conseil citoyen, un appel à candidature sera proposé sous la responsabilité conjointe des partenaires du contrat de ville. Chaque volontaire indiquera pour quel
collège il postule (un collège d’habitants et un collège représentant les associations et acteurs locaux). Dans le cas d’un nombre de volontaires excédant 18 personnes, un tirage au sort, prévu par la loi LAMY, sera organisé.

Chiffres clés du Contrat de Ville de l’Agglomération de Limoges

9 territoires prioritaires + 2 territoires de veille

— Pour le NPNRU (Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain) : en matière de rénovation urbaine deux quartiers d’intérêt national retenus (Beaubreuil et Val de l’Aurence Sud).

— Population des quartiers prioritaires : 24.160 habitants soit 18 % de la population de Limoges et 12 % du poids de la population de Limoges Métropole.

— Niveau de revenu médian par Unité de Consommation sur les territoires prioritaires : 8.670 € (Ville de Limoges : 18.193 € ; Limoges Métropole : 19.600 €).

— 19 signataires du Contrat de Ville.

— Près de 80 structures financées en 2015 pour porter des actions sur ces quartiers.

— Nombre de piliers du Contrat de Ville : 4

— Nombre de fiches action proposées pour sa déclinaison : 150

 

Téléchargez :

L'intégralité du contrat de ville

Les annexes

L'appel à projet

La note de cadrage

Le dossier de demande de subvention

Le complément au dossier de demande de subvention

 




Envoyer à un ami


La Ville de Limoges poursuit ses efforts en faveur de l’amélioration du cadre de vie des habitants et s’est engagée dans un Programme de Rénovation Urbaine pour les trois quartiers de La Bastide, de Beaubreuil et du Val de l’Aurence afin de revaloriser également leur image.

Ce programme se caractérise par des engagements forts relatifs à :

  • la diversification de l’habitat (déconstructions, reconstructions en dehors des 3 quartiers, constructions de logements non sociaux sur site) pour favoriser la mixité sociale au sein des quartiers,
  • l’aménagement des espaces extérieurs,
  • l’amélioration de la circulation pour ouvrir chacun des quartiers vers l’extérieur,
  • la rénovation et la redynamisation des équipements publics et commerciaux.

Au-delà des problématiques d’aménagement urbain, les partenaires du programme mettent en œuvre des actions de développement économique et social, en s’appuyant sur la participation des habitants. C’est pourquoi, chacun des trois quartiers concernés par le PRU bénéficie d’une Maison de Rénovation Urbaine (MRU). Un animateur assure des permanences dans chacune de ces Maisons de Rénovation Urbaine. Il se trouve à la disposition des habitants pour les accueillir, les informer et animer les activités, les réunions et les concertations pendant et après chaque opération du programme.

 

En septembre 2014, une fresque (située rue Degas), réalisée par les enfants de CM2 de l’école élémentaire a été officiellement inaugurée par M. Emile Roger Lombertie, Maire de Limoges.

Cette oeuvre collective avec la mention «Liberté, égalité, fraternité » résulte d’un partenariat engagé par la Ville de Limoges (politique de la ville, centre social municipal de la Bastide, services techniques) avec les enfants de l’école de la Bastide, axé sur le thème de la citoyenneté et des valeurs de l’école républicaine.

Ce travail a d’ailleurs été récompensé par l’obtention du premier prix de la Citoyenneté Julian Deshors, décerné par M. le Recteur de  l’Académie de Limoges le 2 juillet 2014.

Dans le cadre du Programme de Rénovation Urbaine de la Bastide, un mur a été construit pour soutenir une voie située à l’arrière de l’école élémentaire de la Bastide. Afin d’améliorer le cadre de vie du site et pour ne pas laisser cet espace en l’état, la Ville de Limoges (service de la Maîtrise d’Oeuvre Urbaine et Sociale) a engagé un partenariat avec une classe de CM2 de l’école élémentaire de la Bastide.

Ce projet s’est déroulé durant six mois : il a été animé par Martin Peyronnet, graffeur (financé par la Ville) et conduit avec 18 élèves de CM2 et leurs deux enseignants M. Moulinot et Mme Lafarge. Après une quinzaine de séances, la fresque a pu être achevée au début de l’été. Les enfants de la maternelle ont également été associés et se sont initiés à la technique du pochoir.


Le thème de la citoyenneté avait été retenu comme fil conducteur du projet : il a ainsi permis aux enfants de travailler sur les valeurs de l’école républicaine tout au long de l’année.

Envoyer à un ami


En collaboration avec l’ensemble des acteurs associatifs et institutionnels, mais également en association avec les habitants, de nombreuses opérations sont proposées par la Ville de Limoges tout au long de l’année. Regroupées sous la bannière « J’aime mon quartier », elles visent à promouvoir la défense de l’environnement en impliquant les habitants à l’embellissement de leur cadre de vie. Elles sont également des moments festifs à l’occasion des fêtes de quartier ou des fêtes de fin d’année.

J’aime mon quartier je lui fais une beauté

La Ville de Limoges avec la participation de la communauté d’agglomération Limoges Métropole et de l’OPHLM propose depuis 2006 l’opération baptisée « J'aime mon quartier, je lui fais une beauté ». Cette initiative réalisée dans le cadre des projets de territoire menés par la MOUS (Maîtrise d’œuvre urbaine et sociale), est menée sur différents quartiers de la ville (la Bastide, les Portes Ferrées, le Val de L’Aurence, Beaubreuil). La mise en place de cette opération s’inscrit dans une démarche de sensibilisation de la population (adultes et enfants dès leur plus jeune âge), au respect de l’environnement, des espaces extérieurs et de la propreté. Cet événementiel par la transmission de messages pédagogiques vise à mieux faire comprendre l’importance du ramassage des déchets et du tri sélectif.

J’aime mon quartier Je lui fais une déco (à Beaubreuil en décembre )

A l’occasion des fêtes de Noël, la Ville de Limoges propose depuis 2005 l’opération « J'aime mon quartier, je lui fais une déco» dans le quartier de Beaubreuil. A cette occasion des ateliers de fabrication de décorations de Noël sont proposées avec les structures associatives du quartier. Puis un événementiel est organisé : les habitants, les enfants et les associations du quartier de Beaubreuil sont conviées à venir prendre part aux animations mises en place pour fêter Noël et décorer eux même leur lieu de vie.

«J’aime mon quartier, j’y fête l’été» (juin, juillet)

Dans le cadre de sa saison estivale, la Ville de Limoges, à l’initiative de la MOUS (Maîtrise d’œuvre urbaine et sociale) et en étroite collaboration avec les associations et acteurs de terrain, propose dans la continuité des programmes « J’aime mon quartier, je lui fais une déco » et « J’aime mon quartier, je lui fais une beauté » l’opération «J'aime mon quartier, j’y fête l’été». Au programme : des concerts, des ateliers, des jeux, des animations …

Galerie photos

Plus de médias

Mous maison...
Image Detail
J'aime mon ...
Image Detail
PRU Laurenc...
Image Detail
Fresque de ...
Image Detail

Fresque de ...
Image Detail
J'aime mon ...
Image Detail
Fresque de ...
Image Detail
Fresque de ...
Image Detail